• December 15, 2023

Georges MAILLOLS

devis obsèques

retour

Georges MAILLOLS

 - Les Horizons, Rennes © WikiRennes (utilisateur : Cellebrek)

1913-1998

Architecte
Cimetière du Nord
Section 2 Rang 32 Tombe 10

Très célèbre architecte représentant la rénovation urbaine de Rennes durant les Trente Glorieuses, Georges Maillols, comprenant les évolutions démographiques et sociales de son temps, travailla de pair avec le maire Henri Fréville à la conception de nouveaux quartiers de la ville. Nous lui devons aussi des bâtiments devenus emblématiques, en particulier Les Horizons.

Concevoir, dans la seconde moitié du XXème siècle, des banlieues et des ZUP avec des blocs de béton uniformes et tristes ? Très peu pour Georges Maillols ! Cet architecte, né le 21 avril 1913 à Paris, arrive à Rennes en 1947, diplômé de l’École Supérieure des Beaux-arts de Paris. Il a alors 34 ans et reprend le cabinet d’architecte Couäsnon. Nous sommes aux lendemains d’une guerre dévastatrice, et Rennes n’a pas échappé aux bombardements. Il faut donc reconstruire (58% de la ville est sinistrée), mais également détruire les quartiers insalubres et s’adapter à une forte augmentation de la population, car la capitale attire bon nombre de bretons qui quittent la campagne pour chercher du travail en ville, mais peinent à trouver un logement. Il faut agir vite, et concevoir une nouvelle ville, grande et moderne, tournée vers l’avenir.

Henri Fréville, maire de Rennes élu en 1953, veut justement  » faire de Rennes le moteur du nouveau dynamisme breton et retenir les migrants ruraux qui partent chercher du travail à Paris « . Il lance donc un grand projet de reconstruction de la ville, qui attire de nouvelles industries : Citroën, Eternit…. Georges Maillols, influencé par Le Corbusier et le mouvement du Bauhaus, participe à cette modernisation. En 1952, il conçoit sa première tour rennaise, au 14 quai Richemont sur les bords de la Vilaine, une tour de 11m construite sur pilotis en béton armé, sur un terrain marécageux qui semblait inexploitable aux autres. On lui demande aussi très vite de construire des logements d’urgence, ce qu’il fera avec la cité Eugène Pottier et la Ruche Ouvrière (1953 et 1954). Puis il conçoit Le Grand Bleu, une barre de 144 logements de 9 étages, dans le quartier de Cleunay. Les logements sont petits, mais ils sont très fonctionnels, lumineux. De nouveaux groupes de logements suivront, en particulier dans le nouveau quartier du Blosne, où il concevra entre autres Les Hautes Ourmes.

VOIR AUSSI  LA CHINE DES HAN, L'EMPIRE DES SAVANTS

Georges Maillols fait donc édifier de très nombreuses tours de logements totalement en lien avec la période des Trente Glorieuses. Et son talent ne s’arrête pas là : il va proposer tout au long de sa carrière des bâtiments uniques qui participeront à l’identité architecturale de Rennes. Dans le nouveau quartier Bourg L’Evêque justement, il crée deux tours jumelles de près de 100m de haut, en 1970. À cette date, elles étaient les tours de logement les plus hautes de France. De nombreuses créations viennent compléter son travail, qui concerne autant des HLM que des collectifs de standing de très haut-de-gamme : la Barre Saint-Just, le Centre d’Affaires Patton, le Trimaran, le Jardin de l’Iser, le Trégor… La liste de ses réalisations est très longue.

Dans les années 70, Georges Maillols continue de représenter l’évolution urbaine : il se tourne davantage vers la maison, qui redevient la référence du logement en France, et crée alors des lotissements, comme celui des Tournesols.

Georges Maillols eut près de cinquante ans d’activité et réalisa à Rennes près de 10 000 logements ; ceux qui ont eu la chance de travailler à ses côtés en parlent comme d’un homme modeste, pressé et curieux de toutes les innovations architecturales,  » obsédé par le confort de vie  » pour chaque habitant. C’est certainement l’architecte rennais le plus connu pour le XXème siècle.

Source: https://cimetieres.rennes.fr/accueil/patrimoine/cimetieres_rennais/13_79/georges_maillols

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *